27 mai 2009

Les métiers de la Communication Visuelle

1. Métiers de la Communication Visuelle :

- Le Directeur Artistique est chargé de contrôler l’ensemble de la conception graphique du message publicitaire. Il donne les directives aux roughmen, graphistes, illustrateurs, maquettistes, photographes. Il travaille dans la presse où il choisit la maquette du journal ; dans l’édition où il choisit la ligne graphique ; à la télévision, il sélectionne les décors ; dans la publicité, il travaille avec le concepteur-rédacteur qui écrit le message. La profession étant très convoitée, il faut compter des années d’expérience et des heures de travail…
Formation : arts graphiques.

VEROKIO_forest_graphiste - Le Graphiste est un créatif qui exerce son art sur les couvertures de CD, de livres, logos, affiches… : il crée un visuel, qui est un thème en image d’une publicité. Il travaille comme salarié, artiste, travailleur indépendant ou associé.
Formation : écoles d’arts appliqués, Ensad, écoles d’art, et écoles privées

Image_2- Le Graphiste Vidéotex / Web Designer conçoit les pages-écrans du Minitel et des serveurs Internet. Il travaille sur le papier comme sur écran.

- L’Infographiste fait du graphisme, mais uniquement sur ordinateur.
Formation : Ensad, Centre national de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême, CFT Gobelins, écoles privées

- Le maquettiste  s’occupe de la mise en scène, en équilibrant le texte et l’image afin de bien communiquer le message. Formation : arts graphiques.

- Le Peintre en lettres crée les textes et les motifs des affiches ; il réalise également des enseignes. Il est soit artisan, soit salarié.
Formation : arts graphiques.

- Le Roughman transcrit l’effet visuel d’une campagne sur des boards ou planches à dessin avec des croquis afin de proposer un projet au client. Si l’agence est sélectionnée par ce dernier, le créatif se sert du travail " en rough " pour dessiner la campagne. Il travaille en indépendant ou comme salarié.
Formation : arts graphiques.

illustrateur_graphiste_freelance_hephez- L’Illustrateur crée une image ou un dessin pour éclairer une idée. Il travaille dans la presse, la publicité, le design, l’édition, et, la plupart du temps en free-lance. Il se spécialise sur un sujet ou un style. Il est difficile de vivre du métier d’illustrateur, c’est pourquoi il est très polyvalent .
Formation : Ensad, écoles d’art et écoles nationales, écoles privées.

- L’Auteur de bande dessinée met en scène des personnages par des dessins. Il conçoit des synopsis, des story-boards (suite de dessins correspondant à un plan), qu’il soumet à un éditeur. Très peu sont reçus dans cet univers où l’on ne compte que quelques éditeurs, et où le " copiage " ou l’influence excessive reste de mise… Ce professionnel travaille souvent dans la publicité, la communication, l’illustration ou la presse, à la fois pour vivre et démarrer.
Formation : EESATI d’Angoulême, écoles privées diverses.

astroboy- L’Animateur de dessins animés met en mouvement des personnages et des objets pour les insérer dans un dessin animé.
Formation : CFT Gobelins, EMCA d’Angoulême, ESAAT à Roubaix, Ensad, Ecole Cohl de Lyon et écoles privées

main_01- L’Animateur 3D est, avec le développement des images de synthèses, un métier en plein développement. Cet animateur-infographiste part d’un squelette sur écran et non d’un dessin, qu’il anime ensuite en programmant l’ordinateur, puis qu’il décore. Il travaille dans l’animation, la publicité, les séries, les longs métrages. Il s’agit d’un métier nouveau et bien rémunéré.
Formation : CFT Gobelins,  Ensad et écoles privées

- Le Décorateur-Étalagiste met en scène, en vitrine ou en rayon, des opérations dans un but promotionnel ou de communication. Un goût pour la décoration et sens de la mise en scène ainsi que des bases en marketing, communication et gestion sont des atouts indéniables.
Formations : différents diplômes d’État (BT, BTS, DMA, DSAA) préparés en 2 ans dans des écoles privées et publiques. Les diplômes du ministère de la Culture, comme le DNAT ou le DNAP, permettent d’y parvenir.


2. Liste des métiers Multimédia :

- Assistant chef de projet

L’assistant chef de projet est la véritable « cheville ouvrière » de la conception du produit. Chargé de seconder le chef de projet dans la conduite du processus de conception, son rôle est primordial dans la mesure où il est le relais opérationnel du chef de projet.

Si ses missions sont parfois ingrates, elles n’en sont pas moins variées :
participation à la phase de conception initiale ;
• suivi et mise à jour des plannings ;
• assistance des équipes techniques ;
• gestion de la relation quotidienne avec les prestataires ;
• surveillance de la conformité du cahier des charges avec la réalisation.

Poste idéal d' apprentissage, le métier d’assistant chef de projet est un excellent moyen de se familiariser avec les concepts et les techniques du multimédia ou de l’internet. Cette fonction permet en effet de travailler au quotidien avec l’ensemble des acteurs de la chaîne de production, de comprendre les contraintes propres à chaque métier et d’évaluer les difficultés rencontrées dans la conduite d’un projet.
Dans ces univers où tout va si vite, l’assistant chef de projet est très vite amené à prendre en charge une fonction de chef de projet. Dans la plupart des entreprises du multimédia ou de l’internet, ce rôle d’assistant dure moins de deux ans, parfois seulement quelques mois. Confié généralement à des débutants, ce métier est un passage indispensable avant d’évoluer vers celui, plus exposé car directement responsable de la bonne marche des opérations, de chef de projet.

Salaires : La rémunération d’un assistant chef de projet est généralement comprise entre 25 et 30 K €.


- Concepteur

Concepteur, concepteur web ou concepteur multimédia : les appellations peuvent varier mais désignent toutes une même réalité. Au carrefour de la communication et des technologies multimédias, le concepteur est avant tout un créatif, son rôle est d’inventer. En cela, ses fonctions empruntent largement à celle du concepteur-rédacteur, tout en intégrant une dimension technologique très marquée. Spécialiste de l’interactivité, il participe à l’élaboration de contenus originaux associant texte, son et image. Le champ d’intervention du concepteur est assez large, de la création d’une campagne interactive simple à la conception d’un produit multimédia complexe (CD-Rom ou site web). Revenons plus en détail sur ces deux exemples.

Les étapes clés de la conception d’un produit multimédia ou internet :
• Le cahier des charges :
le concepteur intervient une fois la phase de définition du projet aboutie. Son travail commence donc logiquement par un échange avec le chef de projet qui lui transmet le cahier des charges. Si le concepteur ne participe pas directement à son élaboration (il lui arrive parfois d’être consulté en amont), il doit en revanche s’en imprégner fortement. Le cahier des charges guide son travail de conception, il est sa référence constante.

Les étapes clés de la conception d’une publicité sur internet :
Nettement plus minimaliste, cet exercice n’implique pas moins de créativité. Compte tenu des délais observés dans la mise en ligne d’une campagne web (parfois, moins de 48 heures s’écoulent entre la décision de communiquer et l’apparition des premiers bandeaux publicitaires), la réactivité du concepteur constituera son principal atout. A quoi doit s’attendre un e-concepteur/rédacteur ?

• Le brief : effectué sur le modèle de la publicité traditionnelle par un responsable commercial, le brief constitue le mini-cahier des charges d’une campagne on line. Il indique au concepteur les voies à suivre, et à partir desquelles il pourra laisser libre cours à son imagination : qui communique, à propos de quel produit, en voulant dire quoi (le message), à qui (la cible) et comment (le format et le ton).

Posté par Joemike à 10:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Les métiers de la Communication Visuelle

Nouveau commentaire